Groupes et Partis Signataires aux Libanais: Ne Pas Ceder à L'intimidation

Groupes et Partis Signataires aux Libanais: Ne Pas Ceder à L'intimidation

Les groupes et partis suivants: Takaddoum, LiqaaTishreen, Red Line, Amiyyit du 17 octobre, Nabad Al Jounoub, Rebels, Al Jabha Al Madaniya Al Wataniya, le Parti Kataeb, le Mouvement pour l'Indépendance ont tenu leur réunion périodique et ont publié la déclaration ci-dessous:

Le Liban est-il dépossédé de sa souveraineté? Est-il devenu sous occupation et notre république a-t-elle désormais son guide qui fait des libanais de boucliers humains, est-il devenu soumis à la direction suprême de l’Iran sous le guide suprême et le chef des gardiens de la révolution?

Personne, quelle que soit son rang, n’a le droit de monopoliser la décision de l’État et de passer outre les institutions constitutionnelles. Les Libanais n’ont pas besoin du commandant de l’armée de l’air des Gardiens de la révolution iranienne ou du Secrétaire général du Hezbollah pour leur rappeler les malheurs que les missiles iraniens ont amenés au Liban. Les libanais vivent quotidiennement la tragédie de ces missiles. Cette arme, alliée à un système politique corrompu et qui le couvre afin de la protéger, a violé l'État et sa souveraineté, et nous a apporté l'hostilité mondiale et l'isolement économique. Cette arme est devenue un fardeau pour le peuple libanais et une barrière fondamentale au changement que la Révolution du 17 octobre a souhaité réaliser.

Quiconque couvre ou garde le silence sur de telles transgressions, est interrogé sur sa loyauté envers la patrie, à commencer par le Président de la République, en passant par les présidents du Parlement et du Conseil des ministres, aux ministres, aux représentants et à tous les dirigeants spirituels et politiques.

Nous sommes surpris que le Président de la République, le premier protecteur de la constitution, n'ait pas condamné fermement la déclaration du commandant de l'armée de l'air des gardiens de la révolution iranienne et de ses partisans de l'intérieur, et le fait de ne pas avoir demandé au ministre des Affaires étrangères de convoquer l'ambassadeur d'Iran et de clarifier formellement la position de son pays sur la souveraineté et l'indépendance du Liban. Les autorités compétentes doivent également resserrer et restreindre les mouvements des gardiens de la révolution iranienne à destination et en provenance du Liban, et toutes les parties concernées doivent assumer leurs responsabilités envers la patrie et la société et la protéger de l'ingérence étrangère et de ses outils.

La souveraineté est indivisible et la nation ne s’achèvera pas sur les mains de ceux qui ont ravagé le pays et aliéné ses décisions à l'étranger et en ont fait un État policier qui menace les libertés et resserre son emprise sur tous les activistes et les ont terrorisés, comme cela s'est produit avec le militant politique Mark Daou en plaçant une balle menaçante sur sa voiture, ces manœuvres qui ne feront qu'augmenter les libres et les révolutionnaires accrochés à leurs principes et à leurs choix nationaux.

L'État libanais doit rétablir sa souveraineté sur l'ensemble de son tout son territoire, et doit reprendre en main les décisions importantes internes et externes, notamment celles de guerre et de paix, et s'abstenir de rejoindre les axes de la région qui contredisent les intérêts suprêmes du Liban et sont le pousse dans les conflits et les inimitiés avec les parties régionales et internationales.

Enfin, les groupes et parties signataires demandent aux Libanais de ne pas céder à l'intimidation et de contribuer à protéger pleinement la souveraineté, et affirment qu'ils n'hésiteront pas à œuvrer pour protéger la souveraineté du Liban et l’intégrité territoriale du Liban.

Source: Kataeb.org