Kataëb: L’allocution du patriarche Raï est historique et la clé de voûte afin de renverser le système pour récupérer les institutions de l’Etat

Kataëb: L’allocution du patriarche Raï est historique et la clé de voûte afin de renverser le système pour récupérer les institutions de l’Etat

Dans l’allocution du patriarche Raï lors du grand rassemblement de Bkerké, le bureau politique a discerné une position historique dans une période critique que traverse le pays et où il est impératif de corriger les constantes et de consolider les fondements du sauvetage du Liban.
Le bureau politique des Kataëb a estimé que l’allocution du patriarche Raï allait de pair avec les constantes du parti, sans cesse réitérées, et que c'était le seul moyen afin de sauver le Liban et de le reconstruire sur des bases solides pour un nouveau centenaire. Et ce, sans distinction aucune entre citoyens, ni de participation à la souveraineté ou d'implication dans des axes extérieurs, pour éviter la perte de l'identité du Liban et de sa raison d’être.
Le Parti réaffirme l'importance pour les pays amis du Liban d'assumer leurs responsabilités envers un État membre des Nations Unies et de la Ligue arabe en aidant à mettre en œuvre les décisions internationales qui restaurent au pays sa liberté de décision et le droit de ses citoyens à la souveraineté, à la liberté, à une vie décente et à l’auto -détermination.
Les tentatives de l'annulation des élections législatives se faufilent à l’horizon, ourdies par un système défaillant qui essaie de se renouveler, afin de bloquer la voie du changement démocratique qui passe par les urnes, et qui résultera en une opposition qui redessinera le Liban à l'image des jeunes révolutionnaires du 17 octobre.
Dans ce contexte, le Parti des Kataëb affirme que l’étape cruciale pour sortir le Liban de son cercle vicieux est de récupérer les institutions étatiques en renversant les symboles actuels du système. Des symboles qui ont hypothéqué le pays par leurs politiques de quotas et de compromis, le livrant au joug des armes et de la corruption brutale pendant de longues années.

Le système au pouvoir ferme les yeux sur l'effondrement progressif de la situation économique et sociale, qui précipite les Libanais dans un abîme de crises diverses.
Le dollar frôle les 10000 livres, et les commerces qui ont ouvert leurs portes hier, se sont retrouvés face à une mort clinique qui menace la reprise économique. Les autorités financières se tiennent les bras croisés et les autorités politiques se déchirent.
Par conséquent, le Parti des Kataëb appelle à la formation immédiate d'un gouvernement de compétence dont tous les membres seraient entièrement indépendants, loin des partis du système. Un gouvernement transitoire qui se consacrerait à la restauration du Liban sur la voie de la relance économique et sociétale. Mais aussi à l’organisation d’élections législatives dans un délai d’un an sous une administration indépendante et un contrôle international.

Source: Kataeb.org