Le secret bancaire levé sur plusieurs comptes de responsables du CDR

Le secret bancaire levé sur plusieurs comptes de responsables du CDR

La Commission spéciale d'enquête de la Banque du Liban (BDL) a accepté lundi de lever le secret bancaire sur les comptes de plusieurs responsables au sein du Conseil du développement et de la reconstruction (CDR), et notamment de son président Nabil Jisr, dans le cadre d'une procédure judiciaire lancée pour "gaspillage" dans un projet hydraulique. Toutes les personnes poursuivies dans cette affaire seront par ailleurs interrogées le 30 mars par le premier juge d'instruction de Beyrouth par intérim, Charbel Abou Samra. Le secret bancaire sera dès lors levé sur les comptes du président du CDR, des ingénieurs, entrepreneurs et conseillers, rapporte l'Agence nationale d'Information (Ani, officielle).

Le projet sur lequel les poursuites ont été engagées par la justice libanaise concerne la construction de réseaux d'assainissement des eaux et de stations d'épuration. Cette décision a été prise suite à une demande en ce sens déposée par le procureur général près la cour de cassation, Ghassan Oueidate, dans le cadre de poursuites engagées contre le CDR. Ces poursuites ont été lancées après une demande d'ouverture d'une note d'information déposée par le journaliste Salem Zahrane.

Doté de prérogatives spéciales – et exempté de facto de tutelle administrative ou de contrôle – pour gérer la reconstruction après la guerre civile du Liban (1975-1990), le CDR est chargé de mettre en œuvre des projets d’infrastructure financés par des fonds étrangers. Cette institution a supervisé de nombreux projets, qu'il s'agisse de la gestion des déchets ou la construction d'infrastructures routières, pour plusieurs milliards de dollars.

Source: Orient le jour